Licenciement ? Que faire ?

Inutile de le dire : Un licenciement est une expérience extrêmement désagréable. Au chagrin personnel s’ajoutent l’incertitude quant à l’avenir et une sorte d’impuissance quant à la manière de gérer le licenciement.

Contre le chagrin moral, il est utile de réaliser que, dans la grande majorité des cas, il n’est pas dirigé contre vous personnellement.

Dans cet article, je vais vous expliquer ce que l’on peut faire pour contrer le sentiment d’impuissance.

Avant l’entretien individuel

Ne vous laissez pas déconcerter par une invitation à un entretien personnel. Demandez quel sera le sujet de l’entretien et si ou comment vous pouvez vous préparer.
S’il existe un comité d’entreprise dans votre entreprise, parlez-en à un membre du comité d’entreprise. Si l’entretien concerne votre avenir dans l’entreprise, vous avez le droit d’être accompagné par un membre du comité d’entreprise. Faites usage de ce droit.

Restez calme

Vous avez donc reçu un avis de licenciement. La lettre de licenciement vous a été remise au travail sans trop de mots ou lors d’un entretien individuel avec votre supérieur : Assurez votre journée de travail du mieux que vous le pouvez. Résistez à la tentation d’aggraver la situation en piquant une colère. Résistez à l’envie de vous justifier.

Restez poli, restez calme.

Dans la situation dans laquelle vous vous trouvez actuellement, vous ne pouvez pas faire grand-chose. La colère et le désespoir ne font pas de bons conseillers. Les réponses suivantes à votre employeur sont conseillées et suffisantes :

« Je vais demander conseil. »

« Je vais y méditer pendant une nuit ».

Dites « non »

Ne signez rien avec précipitation.
De tous les mots que vous pourriez dire en ce moment, il y en a un qui est particulièrement dangereux :

« Oui. »

Votre employeur vient de délivrer son message. Le déroulement de son plan dépend de votre réponse. Il vous présentera peut-être un accord de licenciement. Peut-être qu’il vous offre une indemnité de départ. Peut-être vous libère-t-il de votre travail. Il sera ravi si vous acceptez le licenciement et si vous vous abstenez d’intenter une action en justice. Ne pourriez-vous pas au moins lui confirmer que vous avez reçu l’avis de licenciement ? À toutes ces offres et questions, votre réponse est simple :

« Non. »

Ayez le courage de dire « non ». Demandez du temps pour y réfléchir. Expliquez que vous voulez être mis au courant. Faites-lui savoir au cas où quelque chose vous échapperait. Ne dites jamais « oui » à une question que vous ne comprenez pas entièrement.

Ne vous soumettez pas à la pression. Rien de ce que votre employeur vous propose maintenant n’est si urgent que vous ne pourriez pas l’accepter demain.

Consultez les experts

Profitez du délai de réflexion que vous avez demandé pour demander de l’aide et assurez-vous d’obtenir des conseils. Parlez-en à un comité d’entreprise, contactez-moi.
Vous n’êtes pas seul. Ensemble, nous trouverons ce qui est le mieux pour vous dans cette situation et nous élaborerons une stratégie. Si votre employeur vous a proposé un accord de licenciement, je vais l’examiner pour voir si l’offre est raisonnable ou si nous pouvons obtenir davantage. Je vérifierai si le licenciement est bien fondé ou si une action de protection contre le licenciement a des chances d’aboutir.

Si vous souhaitez engager une action en justice contre le licenciement, c’est le bon moment pour poser les bases d’une démarche de protection contre le licenciement gagnante.

S’inscrire comme chercheur d’emploi et comme sans emploi

Prenez vos précautions. À partir du moment où vous recevez votre avis de licenciement, vous avez trois jours pour vous inscrire à l’Agence fédérale pour l’emploi en tant que chercheur d’emploi (« Arbeitssuchend »). Si votre préavis est supérieur à trois mois, vous avez jusqu’à trois mois avant la fin de votre emploi. Vous pouvez effectuer l’inscription des demandeurs d’emploi en ligne.

En plus, il faudra également vous faire inscrire comme personne sans emploi (« Arbeitslos ») au plus tard le premier jour à partir duquel vous serez en situation de chômage. Vous ne pouvez vous inscrire comme sans emploi qu’en personne sur place à l’Agence fédérale pour l’emploi – vous n’avez pas besoin de rendez-vous pour cela.

Plus tôt vous déposez votre demande d’allocations de chômage, plus vite elle sera traitée. Vous pouvez introduire votre demande d’allocations de chômage. Ceci se fait en ligne sur le site web de l’Agence fédérale pour l’emploi.

Délai de dépôt d’une plainte contre le licenciement : 3 semaines

Si vous n’introduisez pas de plainte pour protection contre le licenciement, le licenciement sera considéré comme légitime après trois semaines, sans qu’il importe qu’il le soit réellement. Votre employeur n’a alors plus aucune raison de vous offrir une indemnité de licenciement, de vous libérer ou de négocier quoi que ce soit en votre faveur. C’est pourquoi il est important d’intenter une action en protection contre le licenciement, même si, en principe, la fin de votre relation de travail ne vous pose pas de problème.

Lettre de référence intérimaire

Demandez une lettre de référence à votre employeur. La lettre de référence intérimaire vous aidera dans votre recherche d’un nouvel emploi.

Dans la situation d’incertitude actuelle, il est également dans l’intérêt de votre employeur de vous délivrer une référence bienveillante. Si les relations avec votre employeur devaient se détériorer, par exemple parce que vous avez introduit une action en justice pour licenciement, l’employeur est lié par la référence et ne peut s’en écarter sans raison dans la référence finale à laquelle vous avez droit après le licenciement de la relation de travail.

Pensez à l’avenir

Une fois que vous avez décidé d’intenter une action en protection contre le licenciement, la lutte pour votre emploi commence maintenant. Si votre action aboutit, le tribunal du travail déterminera que le licenciement par votre employeur n’était pas valable et que votre relation de travail se poursuivra.
Toutefois, il n’est pas conseillé de se fier uniquement au fait que vous conserverez votre emploi. La grande majorité des procédures de protection contre le licenciement (environ 80 % en 2019) se terminent par une entente, qui met généralement fin à la relation de travail en échange d’une indemnité de départ. Ainsi, même si la procédure devant le tribunal du travail se déroule très bien, il est toujours probable que la relation de travail prenne fin avec le licenciement.

Il n’y aura donc aucun moyen de contourner la mise à jour de votre CV et la rédaction de vos candidatures. Regardez devant vous et essayez de considérer le changement de carrière à venir comme une opportunité pour vous – même si cela semble difficile sur le moment.